vendredi 22 février 2013

Le gouvernement invite les parents étudiants au Sommet... de la fausse représentation

Le gouvernement québécois n'en est pas à sa première bourde ni à sa dernière pirouette autour du Sommet sur l'Enseignement supérieur. Cependant, je ne pensais pas qu'il irait jusqu'à encourager la fausse représentation des parents étudiants.

Il y a quelques jours, sur la page facebook du Sommet sur l'Enseignement supérieur, on annonçait que deux sièges d'observateurs ou observatrices étaient réservés aux représentant-e-s de parents étudiants.

Quelle ne fut pas notre joie de le découvrir, nous, c'est-à-dire l'Association de parents étudiant ou travaillant à l'Université Laval (APETUL), qui avions passé l'automne à nous mobiliser, à courir les rencontres préparatoires au Sommet de nos associations étudiantes universitaires et qui avions bûché sur un mémoire rédigé en collaboration avec le Comité de soutien aux parents étudiants de l'UQÀM (CSPE-UQÀM) pour faire connaître les conditions de vie difficiles et les revendications de nos membres.

Une joie vite remplacée par la colère et la frustration lorsque nous avons constaté les résultats du tirage au sort des sièges destinés aux représentant-e-s des parents étudiants au Sommet. En effet, l'une des deux associations choisies, le Mouvement québécois des adultes en formation du Québec (MQAF), ne représente pas les parents étudiants. Il y a bien quelques parents étudiants parmi ses membres, mais cette association n'a pas de revendications générales sur la parentalité aux études ou sur l'articulation travail-famille-études. Ce n'est ni son mandat, ni sa mission et ça ne fait pas partie de son agenda politique.

Décontenancée, après avoir écrit aux responsables du Sommet, j'ai rejoint le MQAF pour connaître sa version. La secrétaire générale du MQAF m'a appris qu'ils avaient demandé un siège en tant qu'association non-affiliée, une autre catégorie de siège mis à la loterie, et non pas en tant que représentant de parents étudiants. Malaise!

Malgré tout le décorum et la présence des trois témoins qui donnaient au tirage un aspect très sérieux, les personnes qui les ont réalisés ont été capables de mélanger les noms des différents chapeaux! De plus, elles n'ont même pas pris la peine de vérifier si les groupes « gagnants » correspondaient réellement à la catégorie de sièges demandée! Une association représentant des clowns aurait ainsi pu se retrouver dans nos sièges réservés et choisir de les occuper en apportant son propre agenda politique au Sommet et devant les médias! Quelle insulte à l'intelligence! C'est comme si on balayait tous nos efforts du revers de la main par cette façon absurde de gérer les représentant-e-s d'association! Et les parents étudiants, finalement, veut-on les entendre?

Cette fausse représentation aura pour effet de nous invisibiliser encore une fois et de diluer nos revendications dans la masse du groupe majoritaire d'étudiant-e-s sans charge familiale.

48 heures après mon premier avis au gouvernement pour dénoncer cette grossière erreur, je n'ai toujours pas de nouvelles et ce, malgré un rappel de ma part et un message du MQAF. Conclusion de l'histoire : il ne reste plus de journées « ouvrables » avant le Sommet.

C'est ainsi que le siège réservé à une association représentant les parents étudiants se trouve détourné à la faveur d'une autre population étudiante, laquelle a certe sa place au Sommet, mais pas sous la bannière de représentante de parents étudiants.