samedi 13 octobre 2012

Paquin le pénis, en érection contre « matricule 728 »


Le pénis de Paquin sanctionne les écarts de celles qui oublient leur féminité et qui affichent les traits mâles de la virilité.

Elle n'a vraiment rien d'une Aphrodite / …
Si elle avait plus de fun dans le lit / elle tapocherait moins les joueurs de guit
Ça fait 100 ans qu'elle a pas vu d'bite

Les paroles de l'Inquisition machiste. 

À un comportement violent, à l'usage de force disproportionnée, une faute grave de déontologie, Laurent Paquin répond par un appel au viol. Pauvre « matricule 728 »! C'est la Monique de Coluche que l'on viole par charité puisque personne ne veut la « niquer ». Le constat-Paquin : elle est laide, mal baisée et probablement lesbienne. Le traitement : le viol.

Grand psychanalyste, il a compris, avec Freud et ses disciples, que la santé mentale de la femme tient à la fréquence d'une pénétration vagin-pénis. Le pénis, c'est le suppositoire vaginal de la santé mentale! Le vagin, comme la cheminée, s'encroûte, ce qui nuit aux facultés de maîtrise de la femme qui devient alors furie hystérique frustrée mal baisée. C'est bien connu en biologie que le conduit vaginal mène directement au tronc cérébral et dérègle le cervelet de la femme qui ne se nourrit pas chaque semaine de la divine semence du mâle!

Derrière ces paroles sexistes se dévoile une vision phallocentrique (centrée sur le pénis), hétéronormative (érigeant l'hétérosexualité comme une norme et donc, son opposé, l'homosexualité, comme une déviance) que sous-tend l'idée de complémentarité mâle-femelle.

Associant agressivité au seul fait mâle, il conclut directement à une perte de féminité que la pénétration peut permettre de recouvrer.

Mais il dira pour sa défense qu'il n'avait pas penser à tout ça, que c'était juste pour rire... on connaît la chanson!

Paquin, taquin, crétin.

Message de la frustrée 729

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire